Quelques drapeaux verts lors d’une acquisition

  • Stratégie

Tout commence par la raison, que vise-t-on comme entrepreneur ? Quel objectif d’affaire voulons-nous accomplir … trop souvent nous entendons « je veux acheter car j’en ai les moyens et ça me ferait changement ». Lorsque nous recevons des demandes avec l’industrie, le modèle d’affaire, la taille visée et la géographie possible, c’est signe d’une réflexion – le reste du processus pourrait aller beaucoup mieux ! On sait que l’on ne trouvera pas la perfection mais si on vise les étoiles, les chances de se retrouver avec une poignée de boue est grandement réduite.

  • Démarche

Pour procéder, il faut des ressources, une grande étape est d’identifier les sources d’acquisition possibles. Cette étape requiert temps et compétences. Lorsqu’un entrepreneur est approché, vite il pense pouvoir vendre au-delà de la valeur ! Il faut ensuite valider ce qui est avancé, comprendre la compagnie, discuter des enjeux, négocier le tout, procéder à la diligence, enligner les objectifs divergents des différents joueurs impliqués, et arriver à une clôture ! Le taux de succès est très variable pour le processus. La pensée magique n’existe pas …

  • Transaction

Une fois les parties prenantes enlignées, il faut que la transaction soit gagnant-gagnant. Tant au niveau du prix (si on vend l’entreprise dans des normes non réalistes, elle ne durera pas) qu’au niveau des conditions. Il arrive que l’énergie soit trop tendue et investie dans les négociations, incluant un contrat d’achat parfait sur papier, mais qu’après il ne reste plus d’ondes positives pour un transfert d’entreprise en bon ordre. Bien accompagné on peut balancer les intérêts de chacun.

  • Intégration

La gestion du changement est la partie souvent la moins planifiée au niveau des PME. Comment allons-nous annoncer aux équipes, quels moyens avons-nous pour gérer les incertitudes. Si nous avons bien évalués la culture, qu’en faisons-nous ? aussi simplement que la gestion des vendredis après-midi l’été – l’équité est-elle en place, il peut y avoir les bonus – les équipes auront-elle la même motivation … Ensuite, d’un aspect purement financier, souvent les acquisitions visent des synergies, ou encore des réductions de coûts nettes. Avons-nous bien évalué ?Avons-nous des plans concrets pour réaliser ces synergies ou ces réductions de coûts ? Passer autant de temps après la transaction qu’avant – aide grandement !

 

Partager ce post

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Facebook
Twitter
LinkedIn