CE QUI PEUT FAIRE ÉCHOUER UNE TRANSACTION

On sait qu’au-delà des dollars impliqués, une fois que la lettre d’intention est acceptée de tous, il reste encore un bon bout de chemin à faire et cela ne garantit pas que la transaction sera conclue.

Il peut y avoir des éléments de diligence qui ressortent, des incontrôlables, et aussi des émotions !

Au niveau de l’acheteur, il est déjà arrivé un recul à la fin de la diligence raisonnable. Les facteurs de risque étaient connus, mais lorsque le tout a été mis ensemble – l’acheteur s’est déclaré insatisfait. Nous avons ensuite appris que cet acheteur a déjà fait des offres sur d’autres compagnies, sans jamais conclure une transaction. Il a fini par croitre sa compagnie de façon organique. Stratégie de croissance …

Dans le contexte général de la transaction, nous avons vu un fournisseur stratégique refuse de soutenir l’acheteur. Malheureusement, il ne pouvait pas être remplacé sans conséquences, et la banque de l’acheteur avait demandé d’obtenir par écrit le soutien de cette tierce partie! Cet acheteur s’est donc retrouvé sans financement possible.

Nous avons vu un propriétaire dirigeant refuse de vendre lorsque nous voulions l’acheter et ce à la dernière minute. Après avoir passé à travers toutes les étapes de négociations financières, de termes et de conditions, il s’est dit « pas prêt à prendre sa retraite … surtout qu’il n’aimait pas sa femme tant que cela» … il ne saurait quoi faire de son temps! Quelques années plus tard, il détient toujours son entreprise.

 

Acheter ou vendre une entreprise est une opération complexe. On transige avec des gens et des émotions en plus d’une entité qui a ses particularités financières, opérationnelles, et légales. Au-delà des faits, quand on ne s’entend pas sur des montants, des conditions et une transition, on doit se soucier des tierces parties qui pourraient être stratégiques, du niveau de préparation à la vente des actionnaires, et de la motivation des acheteurs.

 

Avec l’expérience, on pose plus de questions… J’ai même surpris un client en lui demandant si ses coactionnaires savaient qu’il voulait vendre ! L’expérience c’est ce que l’on acquiert juste après en avoir eu besoin.

Partager ce post

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Facebook
Twitter
LinkedIn