COVID-19, QUEL IMPACT SUR LE FINANCEMENT ?

Après une période d’incertitude élevée, Fusacq participe à mettre en lumière l’impact de la crise sanitaire sur le financement et où en sommes-nous. Conjointement avec le Club M&A, nous avons eu une table ronde avec les différents banquiers concernant les tendances du financement. En voici les grandes lignes concernant les tendances de marché…

Les ratios et les critères de crédits n’ont pas été changés officiellement, mais la diligence raisonnable est plus approfondie. La réplicabilité du BAIIA entre ce qui fut dans le passé vs. le futur est un point majeur. Parmi les questions à se poser   :

        * Quels sont les futurs impacts sur les clients, les fournisseurs, les employés et les compétiteurs ?

        * Quel est le budget de trésorerie des prochains mois, quel est la prévision financière pour les deux prochaines années ?

Il faut isoler l’effet Covid,

        * Soit en diminution ou en augmentation des ventes – des produits qui sont temporaires ?

        * L’effet des programmes de subventions gouvernementales qui auraient soutenus la rentabilité artificiellement

        * L’impact sur les opérations et le soutien technologique;

        * L’impact sur la demande pour les produits et services de l’entreprise avec le changement de comportement des consommateurs

 

Quelles sont les conséquences ?

Les industries de la restauration, de l’hôtellerie, du détail et potentiellement de l’aviation se voient soumis à une diligence accrue.

Au niveau du financement et de l’achalandage, l’agressivité des banquiers séniors diminue dans certaines instances. La structure de financement attribue potentiellement une importance accrue aux dettes subordonnées, aux balances de prix de vente, et aux clauses d’indexation sur les bénéfices futurs (earnout). L’apport en équité requis augmente. Le partage de risque entre les vendeurs, les acheteurs, les différents pourvoyeurs de fonds est recherché de façon beaucoup plus équilibrée.

En conséquence, une augmentation des délais requis est de rigueur, la préparation exigée est accrue et les structures de financement peuvent être moins agressives

  1. Les ratios et les conditions exigées deviennent plus serrés – surtout après l’autorisation du département du Crédit ! Mais malgré tout cela, nous avons noté la volonté des différentes institutions de soutenir leurs clients, de créer de nouveaux fonds pour soutenir les projets et l’ouverture à faire des transactions.

Partager ce post

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email