La « vente » est davantage associée à une transaction financière, alors que le « transfert » allie plutôt des notions de continuité, de transmission de compétences, d’héritage et de pérennité de l’entreprise.

  • 94 % des entrepreneurs québécois considèrent l’absence de relève au sein des PME comme un frein majeur à la croissance économique du Québec;
  • Plus de 50 % des propriétaires de PME n’ont pas de plan de relève formel;
  • Plus de la moitié des cédants potentiels n’ont pas trouvé de relève;
  • Un déficit de releveurs est prévu d’ici 2020 au Québec : 38 000 selon la Fondation de l’entrepreneurship;
  • Une majorité de propriétaires comptent sur la vente de leur entreprise pour financer leur retraite;
  • Il est plus avantageux, fiscalement parlant, de vendre à une tierce personne plutôt qu’à un membre de votre famille. Et malgré cela, 47 % des entrepreneurs seraient prêts à payer davantage d’impôts sur la transaction afin de vendre à un membre de leur famille.

Toutes ces statistiques ont de quoi donner le tournis au plus ambitieux des entrepreneurs. Il ne faut pas les négliger lorsque vous amorcerez votre réflexion à l’égard de l’avenir de votre entreprise ou de votre future acquisition.

Vos intérêts au cœur de nos services

Sources : Fondation de l’entrepreneurship (2010), Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (2012 et 2013), gouvernement du Québec (2010), sondage CROP effectué en octobre 2013 auprès de 301 entrepreneurs québécois pour le compte de la société Raymond Chabot Grant Thornton.